La plupart du temps, les contrats d’assurance vie en unités de compte peuvent être bouleversés par les instabilités du marché. De ce fait, il est possible que les souscripteurs subissent des pertes de capital. Les agences d’assurances ont donc trouvé le moyen de pallier ce genre de problème en mettant en place la garantie plancher.

Garantie Plancher : qu’est-ce que c’est ? 

La garantie Plancher est une offre qui permet de couvrir en entièreté ou en partie, les pertes subies par un souscripteur pendant une instabilité du marché. Lorsque vous y souscrivez, le bénéficiaire désigné touchera au moins le capital investi. En réalité, la garantie Plancher peut être comparée à une assurance décès incluse dans votre contrat d’assurance vie.

Il existe donc plusieurs types de cette garantie desquels le capital à récupérer dépend grandement. Ainsi, comme tout type d’assurance, le souscripteur doit s’acquitter d’une certaine cotisation qui varie annuellement selon des critères comme l’âge qu’atteint ce dernier. Ainsi, les risques de pertes de capital sont gérés par l’assureur à travers vos cotisations.

Des périodes de hausses et de baisses peuvent caractériser l’instabilité du marché. Ainsi, dans le premier cas, donc quand il y a hausse, un fonds peut générer un rendement dont l’assuré peut en tirer jusqu’à 80 % de bénéfice. Dans le cas d’une perte, le souscripteur sera couvert par la garantie Plancher.

Les types de garanties Planchers

Le type de garantie plancher va conditionner le type de couverture dont vous bénéficierez à la souscription. On peut donc citer :

La garantie Plancher simple (de base)

C’est une garantie à travers laquelle votre bénéficiaire perçoit au minimum un capital égal au cumul des sommes que vous auriez versés de votre vivant. De ce capital, l’assureur déduit les retraits ainsi que les avances que vous auriez opérés sur le contrat. Si le capital constitué connaît une baisse à votre mort, c’est l’assureur qui s’engage à faire le complément pour que votre bénéficiaire puisse entrer en possession du capital constitué au départ.

La garantie plancher indexée

Le principe de fonctionnement de la garantie plancher indexée est semblable à celui de la garantie plancher simple, mais connaît une petite différence. Ici, les versements sont annuellement cumulés et indexés à un taux. Quoique ce taux soit variable selon l’agence d’assurance choisie, il va grandement déterminer le capital qui sera reversé à votre bénéficiaire. Ainsi, lorsque vous constituez un capital de 15 000 euros indexé à un taux de 4 %, votre bénéficiaire profitera de 18 000 euros à la fin d’un contrat de 5 ans.

La garantie majorée (vie entière)

Elle est de loin la garantie plancher la plus coûteuse. Ici, c’est l’assuré qui détermine la somme dont bénéficiera son bénéficiaire à la fin du contrat. Il fixe ainsi un coefficient de majoration qui sera appliqué au capital établi. S’il choisit un coefficient de 110 % par exemple, un montant équivalent à 110 % du capital constitué sera versé au bénéficiaire.

La garantie plancher à cliquet

C’est le type de garantie plancher à travers lequel l’assureur s’engage à reverser le plus haut capital atteint à votre bénéficiaire. Pour faire plus simple, lorsque vous constituez un capital de 80 000 euros et que ce dernier chute à 50 000 euros à votre décès, votre bénéficiaire recevra tout de même 80 000 euros.

Quelques contraintes à ne pas négliger

Vous avez donc décidé de vous renseigner sur la garantie plancher pour votre contrat d’assurance vie, il est donc judicieux de s’attarder sur certaines contraintes. En effet, les conditions d’application méritent votre attention, cela vous évite de souscrire une formule qui ne répond pas à vos attentes. Vous ne pourrez généralement choisir cette garantie que lors de la souscription du contrat.

  • Si vous possédez déjà une assurance vie, renseignez-vous auprès de votre conseiller, mais la souscription sera impossible pour cette garantie dans la plupart des cas.
  • Toutes les causes de décès ne sont pas souvent intégrées dans cette formule, il faut donc être vigilant lors de la signature.
  • Pour les suicides ou des activités à risque, il y a parfois des cas particuliers qui sont méconnus par les particuliers.
  • Pour certaines assurances, l’âge de la personne est aussi primordiale, car les garanties ne sont pas toujours en vigueur après 70 ans.

Certes, vous pouvez supprimer ces contraintes en choisissant des garanties plus intéressantes, mais le coût sera aussi plus élevé. Il faut alors prendre en compte ce coût et n’oubliez pas que tous les organismes ont généralement des limites qu’il est préférable de connaître avant de donner son accord.