Si tous les conducteurs de véhicules motorisés doivent être couverts par une formule d’assurance auto, certains profils d’usagers de la route représentent des risques plus importants aux yeux des compagnies d’assurance auto, ce qui se traduit par une prime d’assurance auto plus chère.

Mais il existe certaines astuces permettant notamment aux conducteurs en période probatoire de bénéficier d’une formule d’assurance auto moins onéreuse malgré leur profil.

Rappel : qu’est-ce que la période probatoire du permis de conduire ?

La période probatoire du permis de conduire correspond à la période de temps après l’obtention de l’examen du permis de conduire durant laquelle les jeunes conducteurs doivent prouver qu’ils savent circuler en toute sécurité en récupérant des points progressivement sur le total de leur permis après chaque période d’un an sans commettre d’infraction, sur une période de trois ans pour les conducteurs ayant suivi une formation au permis de conduire classique et deux ans pour ceux ayant suivi l’apprentissage anticipé de la conduite.

Période probatoire du permis : quel impact sur l’assurance auto ?

Retrouvez plus d’informations sur le permis probatoire sur ornikar.com.

Quel est l’impact de la période probatoire sur l’assurance auto ?

La période probatoire n’a pas seulement un impact sur le total de points dont dispose l’usager de la route. Les jeunes conducteurs qui sont en période probatoire verront également le montant de leur prime d’assurance faire l’objet d’une surprime directement associée à la cette période probatoire. Le montant de cette surprime dépend de différents éléments, notamment : 

  • du montant de base de la prime d’assurance auto
  • du type de formation suivi par le conducteur pour réaliser sa formation à la conduite
  • du type de véhicule assuré
  • du temps écoulé depuis la souscription de la prime d’assurance auto

Le montant de la surprime d’assurance n’est pas fixe mais il évolue au fur et à mesure du temps, et dépend également du type de formation suivi par les candidats avant leur présentation à l’examen du permis de conduire.

Les usagers de la route doivent donc payer une surprime dont le montant équivaut à :

  • jusqu’à 100% du montant de la prime initiale à la souscription pour une période d’un an
  • jusqu’à 50% du montant de la prime initiale durant la deuxième année du contrat sans sinistre responsable
  • jusqu’à 25% du montant de la prime initiale durant la troisième année du contrat sans sinistre responsable
  • aucune surprime durant la quatrième année

Si les jeunes conducteurs ont suivi l’apprentissage anticipé de la conduite, alors le montant de leur surprime d’assurance sera moins important que pour un conducteur qui a suivi une formation classique. Le prix de la surprime d’assurance auto atteint alors : 

  • jusqu’à 50% du montant de la prime initiale à la souscription pour une période d’un an
  • jusqu’à 25% du montant de la prime initiale durant la deuxième année du contrat sans sinistre responsable
  • jusqu’à 12,5% du montant de la prime initiale durant la troisième année du contrat sans sinistre responsable
  • aucune surprime durant la quatrième année

Quelles solutions pour payer son assurance auto moins chère pendant la période probatoire ?

Si le montant d’une surprime d’assurance auto s’avère trop important, il existe un certain nombre de solutions pour réduire le montant de sa surprime d’assurance auto, comme par exemple le fait de passer le permis via la conduite accompagnée, en choisissant un véhicule ou une offre d’assurance adaptée à son profil ou bien encore en attendant la fin de la période probatoire.

Passer le permis de conduire suite à la conduite accompagnée

Comme cela a été présenté avant, l’une des méthodes possibles pour réduire le montant de sa prime d’assurance auto est de choisir de réaliser sa formation à l’examen du permis de conduire grâce à la conduite accompagnée. En choisissant cette formation, les candidats verront le montant de la surprime de leur assurance auto être réduite de moitié par rapport aux candidats ayant suivi une formation classique.

Choisir un véhicule et une formule d’assurance auto adaptés à son profil de conducteur

Un autre point à ne pas négliger pour les apprentis conducteurs tient dans le fait qu’ils sont considérés comme étant des conducteurs ayant un profil à risque par les compagnies d’assurance auto, ce qui est la raison première de l’application de cette surprime d’assurance auto. Les usagers de la route qui sont concernés par l’application d’une surprime d’assurance auto ne doivent donc pas hésiter à adapter leurs besoins en fonction de ce profil.

En choisissant de conduire une voiture achetée d’occasion plutôt qu’une voiture neuve et en souscrivant une formule d’assurance auto peu onéreuse de base, comme une formule d’assurance auto au tiers, alors les conducteurs seront soumis à une prime d’assurance auto moins importante, et donc à une surprime elle aussi moins importante puisque son montant est calculé en fonction d’un coefficient de la prime d’assurance auto de base.

Attendre la fin de la surprime d’assurance auto

Enfin, la dernière solution pour payer son assurance auto moins chère est d’attendre la fin de la période probatoire. En effet, la période durant laquelle s’applique la surprime destinée aux jeunes conducteurs dure trois ans pour tous ces usagers de la route. 

Ceux qui ont choisi de circuler dans une voiture neuve, puissante ou qui ne souhaitent pas se contenter d’une formule d’assurance auto au tiers pour réduire le montant de leur prime d’assurance auto devront donc attendre la fin d’une période de trois années révolues pour voir le montant de leur surprime d’assurance auto disparaître. 

D’ailleurs, si tous les usagers de la route ne le savent pas, le cumul du coefficient majoration-réduction de l’assurance auto, aussi nommé bonus-malus, débute pendant la période probatoire. Lorsque leur surprime d’assurance auto disparaîtra, s’ils n’ont pas causé d’accident de la route responsable, les jeunes conducteurs ne paieront pas leur prime d’assurance auto complète durant la quatrième année mais une prime d’assurance auto minorée de 15%, puisqu’ils auront cumulé 5% de réduction sur le montant de leur prime d’assurance auto sur la période équivalente à leur période probatoire.